Ne vous laissez pas ruiner par l’inflation ! 7 stratégies pour se protéger

Elle est là … après avoir été maitrisé en 1985 par le directeur de la réserve fédérale Paul Volcker, l’inflation est de retour dans nos sociétés occidentales, après 40 ans.

Les raisons sont multiples : d’abord les politiques d’impressions monétaires massives des banques centrales à l’occasion des crises de 2008 (subprimes) et de 2018 (COVID). Puis la désorganisation des chaines logistiques suites aux mesures de restrictions du COVID. Et enfin les sanctions prises contre la Russie par suite de l’invasion de l’Ukraine qui ont fait exploser le cours de certaines matières premières, notamment le pétrole et le blé.

Le problème, c’est que contrairement aux années 80, les Etats occidentaux n’ont pas la possibilité de remonter leur taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation : le poids de leur dette exploserait littéralement !

Cette excellente vidéo de la chaine Grand Angle explique que nos chers gouvernements sont condamnés à laisser filer l’inflation ce qui grignotera lentement mais surement notre pouvoir d’achat.

Heureusement il existe des stratégies pour lutter contre l’inflation. Et certaines d’entre elles sont étonnantes.

Psssst : cet article contient des liens affiliés qui me permettront de gagner quelques euros si vous choisissez de passer par eux pour réaliser vos achats.

1)    Mettez en place la « stratégie Alpha »

Dans un livre célèbre publié en 1980, John Allan Pugsley proposait une stratégie anti-inflation étonnante baptisée « stratégie Alpha »: en résumé, cette stratégie consiste à utiliser son argent et sa capacité d’emprunt afin d’accumuler un maximum de biens de consommation suffisamment durables pendant les périodes où l’inflation est encore raisonnable.

A priori cette stratégie n’est pas évidente à mettre en œuvre car elle nécessite des capitaux important et un espace de stockage suffisamment grand.

Mais elle peut être partiellement implémentée en mettant en place une réserve domestique c’est-à-dire un stock de produits essentiels (notamment alimentaires) qui vous permette de tenir au moins 3 mois sans rien acheter.

En plus de vous permettre de lutter contre les effets de l’inflation, une réserve domestique bien faite vous procure une sécurité importante en cas de crise aigüe (émeute, pandémie, …) ou de problèmes financiers et grâce à elle, vous ne manquez jamais de rien !   

J’en parle abondamment dans différents articles du blogs et dans un petit livre vendu à bas prix sur Amazon. N’hésitez pas à l’acheter si vous êtes décidé à mettre en place une réserve domestique.

2)    Endettez-vous !!

Dans un contexte de hausse de l’inflation, vous avez tout intérêt à vous endetter ! Contrairement à ce qu’on vous dit souvent, ne remboursez pas vos dettes ! Essayez au contraire d’en accumuler au maximum.

Si vous faites un emprunt à 2% d’intérêt taux fixe mais que l’inflation monte soudain à 5%, vous remboursez votre banquier en monnaie de singe et c’est lui qui supporte les effets de cette inflation.

C’est bien pour ça que dans un contexte inflationniste, les taux des prêts immobiliers remontent rapidement.

Et c’est d’ailleurs bien ce qui est en train de se passer. Les conditions de crédit se durcissent avec des exigences de solvabilité et d’apport de plus en plus drastiques.

Donc si vous avez moyen d’emprunter pour acheter, ne tardez pas trop : les taux d’emprunt sont encore favorables car les anticipations économiques actuelles sont que l’inflation est passagère et disparaitra une fois le choc du COVID et de la guerre d’Ukraine passé.

Mais les banques peuvent changer rapidement d’avis.

3)    Apprenez à maitriser votre budget

Dans un contexte inflationniste, les prix augmentent rapidement et il est alors très facile de se retrouver dans le rouge quand on maitrise mal son budget et ses dépenses.

Maitriser son budget n’est pas l’activité la plus fun du monde mais elle est indispensable quand les conditions économiques se mettent à bouger aussi brutalement.

Par exemple, suivre régulièrement vos factures d’électricité ou vos dépenses d’essence en mettant à jour votre fichier de suivi budgétaire vous permettra d’ajuster votre budget en conséquence en sacrifiant le superflu, mais de manière raisonnable ! : vivre dans la psychose de manquer est tout aussi nuisible que de ne s’occuper de rien en pensant que l’argent pousse sur les arbres !

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :   Comment se protéger du risque de faillite des banques européennes?

Maitriser son budget demande de la discipline mais quand c’est bien fait, ça ne demande pas tant d’effort que ça.

Après avoir tâtonné pendant des années, j’ai mis en place une méthode appelée « la méthode des 3 comptes » qui vous aidera à maitriser votre budget en n’y passant qu’une petite demi-heure tous les mois, une fois la mise en place effectuée.  Et elle est très efficace !

Elle est décrite dans plusieurs articles de mon blog www.efficacite-familiale.fr mais si vous avez quelques euros à dépenser, j’ai là aussi tout synthétisé dans ce petit livre vendu sur Amazon (oui je sais, cet article commence à ressembler à une page de vente!!)

4)    Produisez votre nourriture

Une bonne façon de lutter contre l’inflation est de mettre en place un jardin potager et/ou d’avoir un petit élevage de poules ou de lapins.

En temps normal, un potager vivrier apporte un plaisir incontestable mais ce n’est pas une activité follement rémunératrice comme je l’ai montré dans cet article.

Mais dans un contexte d’inflation, produire ses légumes redevient intéressant car vous retirez tous les couts liés à l’intermédiation : le transport, la vente dans les étals de supermarché, la publicité, les taxes, etc. autant de postes qui sont eux  aussi touchés par l’inflation et qui font s’envoler le prix des carottes !

Si vous débutez dans le domaine, je vous recommande de vous intéresser à la culture en bacs surélevés qui est plus chère à la mise en place mais plus confortable, plus facile à maitriser et plus jolie aussi.

A défaut de mettre en place un potager (faute de place, de temps, de compétence ou d’envie), vous pouvez quand même réduire vos coûts en vous engageant dans un réseau agricole de proximité – par exemple un réseau AMAP – qui vous permettra d’acheter directement sa production à des agriculteurs sans intermédiaire.

Ça vous demandera plus d’effort que d’aller au supermarché mais vous y trouverez votre compte, à la fois sur le plan de vos finances et de votre santé.

5)    Mettez en place un revenu de complément

Si l’inflation grignote sournoisement votre pouvoir d’achat de 3 à 5% par an, une solution est aussi d’augmenter vos revenus.

On pourrait espérer que les salaires vont remonter pour s’aligner sur la hausse des prix mais il ne faut pas y compter :

  • d’une part parce que nous sommes déjà bien trop chers dans une économie devenue mondialisée 
  • d’autre part parce qu’une hausse des salaires provoquerait un effet boule de neige sur l’inflation qui pourrait alors s’envoler et atteindre les niveaux à 12-15% des années 70-80.

Il faudra donc vous débrouiller pour créer d’autres sources de revenu en plus de celle de votre emploi principal. Pour cela il existe toute sorte de solutions mais soyez conscient qu’il existe deux situations bien différentes : soit vous avez de l’argent à investir, soit vous n’en avez pas.

Si vous avez de l’argent à investir, vous pouvez espérer recevoir rapidement un revenu complémentaire. Il vous suffira par exemple d’investir judicieusement dans l’immobilier et de percevoir vos loyers. Ou de monter une société en franchise qui demande peu d’effort de gestion (par exemple une entreprise de self-stockage).  

Si vous n’avez pas d’argent à investir, vous pouvez créer un revenu mais il faudra compenser avec du temps et du travail.

C’est le cas en particulier des business sur internet avec lesquels des bonimenteurs vous promettent de gagner 10 000€ par mois à partir de rien !  Oui c’est possible, certains l’ont fait mais c’est difficile. Ça demande du temps, de la sueur et des compétences en communication. Internet est rempli de produits géniaux qui n’ont jamais trouvé leur public car créer du contenu est la partie facile : le plus dur, c’est de créer du trafic vers vos créations.  

Si monter un business sur internet vous intéresse, j’ai écrit un petit livre qui récapitule toutes les principales méthodes existantes et les difficultés auxquelles vous devrez vous attendre. Là encore il est vendu pour quelques euros donc n’hésitez pas à investir si la question vous intéresse.

6)    Acheter de l’or

J’en ai souvent parlé dans mes articles : l’or est la production ultime contre l’inflation. L’or est en effet une réserve de valeur qui fonctionne depuis plus de 5000 ans.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :   Comment acheter facilement de l'or? Mes deux solutions

Si vous vouliez acheter une vache au début du 20ème siècle, il vous en aurait couté 20$ de l’époque. Aujourd’hui il faudrait dépenser environ 2000$ soit 100 fois plus. Mais exprimé en or, une vache vaut toujours environ 1 once d’or depuis plus d’un siècle !

Il existe de nombreux moyens d’acheter de l’or ; mais pour un particulier peu fortuné qui voudrait y mettre une partie de son salaire tous les mois, il existe 2 solutions intéressantes que je décris dans cet article.

A l’heure actuelle, ma solution préférée reste la carte Veracash qui permet d’utiliser directement son or pour faire des achats grâce à un système astucieux de cryptomonnaie.

Vous pouvez aussi achetez des mines d’or qui bénéficieront directement de l’envolée du prix de l’or en cas d’inflation. Malheureusement il est difficile de trouver des minières d’or qui soient libellées en euro et plus encore des minières d’or cotées sur Euronext et accessibles à des tarifs de courtage intéressants. Donc ne le faites que si vous avez quelques milliers d’euros à investir !

Et le bitcoin alors?!

J’ai peut-être tord et je vais surement me faire insulter, mais je ne crois pas trop au bitcoin en tant que valeur refuge contre l’inflation.

La raison ? : le bitcoin n’est adossé à rien.

Si notre cher gouvernement décide un jour d’interdire les échangeurs (qui transforment vos bitcoins en euros ou en dollars), je ne suis pas sûr que votre coiffeur ou votre boucher accepteront vos bitcoins comme système d’échange de valeurs.

Alors que l’or (et l’argent) sera toujours accepté, même s’il est interdit, car un pièce d’or vaudra toujours au moins le poids en or qu’elle contient. Or, un bitcoin ne contient rien…

7)    Achetez des biens tangibles

Vous pouvez aussi investir dans biens dits « tangibles » dont la valeur est réputée progresser avec l’inflation : c’est notamment le cas de l’immobilier ou des terres cultivables ou des forêts … voire même du vin ou des vieilles voitures si ces domaines vous passionnent.

Donc si vous n’avez pas encore franchi le pas pour votre résidence principale ou pour une résidence secondaire avec un beau terrain cultivable, c’est peut-être le moment.  

Notez bien que dans un contexte d’inflation, l’immobilier commercial est moins protecteur que l’immobilier d’habitation et les achats de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) sont donc moins intéressants.

Vous aurez probablement à vous endetter mais ça ne pose pas de problème si vous maitrisez votre budget comme nous l’avons vu précédemment, au contraire !  

Historiquement, l’or, les terres cultivables et les œuvres d’art ont toujours été le principal moyen utilisé par les grandes fortunes pour se protéger de l’inflation

Les actions bien choisies sont également réputées être une bonne protection contre l’inflation. Après tout ce sont des morceaux d’entreprises qui ont souvent des immeubles et des terrains, surtout si on parle d’entreprise « value » ! Et c’est aussi beaucoup plus accessible que l’immobilier.

Vous n’avez pas forcément à être expert, il existe des lettres d’investissement qui vous facilitent considérablement la vie pour le choix de vos valeurs : ma préférée le domaine de l’investissement anti-inflation est celle de Loic Abadie.

La lettre de la chaine Grand Angle est également très intéressante et propose des stratégies d’investissement plus diversifiées (y compris dans des crypto-monnaies) mais elle demande aussi d’avoir suffisamment de fond à investir.

Comme d’habitude, cet article est VRAIMENT trop long donc je m’arrête là!  

Quel que soit votre choix de stratégie, ne trainez pas trop car les choses risquent de bouger rapidement dans les mois et les années à venir.

Il est possible que les anticipations actuelles d’une inflation ponctuelle et limitée dans le temps se réalisent finalement (espérons!) mais force est de reconnaitre que ça n’en prend pas le chemin.

Préparez-vous !

Et vous, quelle est votre stratégie préférée ? Parlez-en dans les commentaires

Partager l'article

7 Comments

  1. Merci beaucoup Nicolas pour cet article très intéressant ! Pour les dettes je suis d’accord avec toi. Cependant il y a des bonnes dettes et des mauvaises dettes. Des dettes pour acheter des actifs comme l’immobilier sont d’excellentes dettes comme tu le soulignes. Des dettes pour s’acheter des vacances ou le nouvel iphone sont des mauvaises dettes qu’il faut éviter car vous sacrifiez votre avenir pour un plaisir éphémère :/
    Merci aussi pour le partage de veracash, je ne connais pas, et ça a l’air intéressant !

    • Effectivement Alexandre, je suis tout à fait d’accord avec toi. Mais l’article était déjà bien trop long pour en parler malheureusement.

  2. Dans mon foyer, on a utilisé plusieurs de ces stratégies. Celle d’acheter des biens de consommation (nourriture pour plusieurs mois), de l’or y’a déjà plusieurs années (au temps où Jovanovic, censuré par les banques, en parlait!), et on a un grand potager… ! De quoi se retourner 🙂 Pour l’endettement, je n’y avais pas pensé… mais en effet, c’est pas « bête »!

  3. Voici un article bien utile en ce moment effectivement.
    Si je pratique quelques une de ces préconisations comme le potager personnel et la réserve dans le placard, pour ce qu’il en est de l’achat d’or, il aurait fallu s’y connaitre et l’avoir fait AVANT la crise actuelle vu l’augmentation des prix à l’achat.
    L’article est très bien fait,j’ai adoré.

    • Merci Corinne. Pour l’or il vaut mieux attendre un drawback (baisse temporaire) à l’occasion d’un futur cessez-le-feu Russie Ukraine par exemple (cette guerre ne durera pas éternellement!) pour engager une position. Mais dans l’absolu, il est probable que l’or continue à monter dans les années à venir et les minières avec (certaines sont encore trés sous-valorisées).

  4. Merci pour cet article qui me donne de nouvelles pistes de réflexion.

  5. Merci beaucoup pour cet article complet et très interressant, en tant que bientôt future proprio, je vzalide !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*